background img

Quand solliciter la chirurgie endoscopique d’une hernie discale ?

La hernie discale est une maladie fréquente chez bien des personnes un peu partout dans le monde. Heureusement, il existe plusieurs moyens de la soigner. Mais, à priori, la chirurgie reste la meilleure solution pour combattre la pathologie. Lisez-en plus à ce propos.

Qu’est-ce que la chirurgie endoscopique d’une hernie discale ?

La chirurgie endoscopique suggère une opération chirurgicale très précise réalisée par des experts en la matière. Cette méthode chirurgicale très innovante est basée sur un petit canal ou conduit de travail qui a en moyenne un diamètre de 8 mm.

A découvrir également : Les avantages du ballon de grossesse que vous ne devez pas négliger

Ledit conduit appelé endoscope est l’outil au travers duquel le médecin en charge de l’opération introduit des instruments chirurgicaux et une caméra dans votre corps pour procéder à l’opération de la hernie.

Ce procédé de chirurgie par voie endoscopique contribue grandement au changement des standards de soin de la hernie discale.

Lire également : Les bienfaits des huiles essentielles en beauté : astuces pour une utilisation optimale

Dans la plupart des cas, il est question d’une intervention d’une courte durée et une coupure précise de moins de 8 mm qui protège l’ensemble des muscles dorsaux.

La chirurgie en question se fait sous anesthésie complète et ne dure en moyenne que 45 minutes pour tous les patients.

Elle a pour but de libérer la racine nerveuse comprimée par amputation partielle ou complète de la partie herniée du disque sans os.

L’intervention chirurgicale peut être pratiquée en ambulatoire, par opposition à la plupart des cas où les patients restent trois jours à l’hôpital après l’opération.

Cependant, le principe de l’intervention reste inchangé même quand l’opération n’a pas lieu en ambulatoire. C’est-à-dire que les méthodes et moyens sont similaires, que la chirurgie endoscopique d’une hernie discale soit en ambulatoire ou pas.

Quand solliciter la chirurgie endoscopique d’une hernie discale ?

Bien qu’il s’agisse d’un moyen radical d’éradiquer la maladie, il ne faut pas envisager la chirurgie d’une hernie discale à tout hasard. Plusieurs critères doivent être respectés pour ce faire.

En premier, la chirurgie doit être proposée quand la douleur n’est pas apaisée par solutions médicamenteuses au bout de 6 à 8 semaines, sauf lorsqu’il s’agit des formes de hernies hyperalgiques ou paralysantes.

La technique de chirurgie endoscopique enlève complètement la hernie et permet la décompression des nerfs. À l’issue de l’intervention, la douleur dans la jambe disparaît dans la majorité des cas. Néanmoins, au cas où le nerf aurait été comprimé trop longtemps, le soulagement peut être moins important.

Lorsque la hernie est trop grande, les douleurs subsistent et le résultat de la chirurgie n’est pas forcément encourageant. Il ne faut donc pas attendre trop longtemps lorsque vous avez été diagnostiqué d’un tel mal.

Par ailleurs, en choisissant l’option d’une intervention endoscopique, vous devez garder à l’esprit qu’une opération même facile comme celle de la hernie discale peut connaître quelques complications.

À noter également que la chirurgie n’empêche pas la récidive. Autrement dit, cela n’empêche pas la réapparition d’une hernie discale au même endroit.

Dans ces cas, refaire une opération n’est pas toujours obligatoire. Avec votre médecin, vous trouverez facilement d’autres moyens plus aisés de traiter la maladie.

À présent, vous en savez davantage sur la chirurgie endoscopique d’une hernie discale.

Les avantages et les risques de la chirurgie endoscopique d’une hernie discale

La chirurgie endoscopique est une technique relativement récente qui offre plusieurs avantages par rapport aux méthodes traditionnelles. Elle implique une petite incision, des cicatrices minimes et un temps de récupération plus court.

L’endoscopie permet aussi à l’équipe médicale d’avoir une vue claire et précise du site opéré grâce à une caméra miniature insérée dans le corps. Cela signifie que les médecins peuvent travailler plus efficacement, car ils ont une meilleure compréhension visuelle de la zone affectée.

Un autre avantage est que cette méthode peut être réalisée sous anesthésie locale ou générale en fonction de la complexité de l’opération et des préférences du patient. Toutefois, il faut prendre garde aux risques potentiels associés à ces techniques chirurgicales.

• Risques liés à l’anesthésie : Comme pour toute forme d’intervention chirurgicale pratiquée sous anesthésie générale ou locale, il existe toujours un certain niveau de risque pour le patient.

• Saignements excessifs : Bien que rare chez les patients subissant ce type d’interventions chirurgicales minimales invasives, cela n’est cependant pas impossible. Il faudra donc éviter tout traitement anticoagulant avant votre intervention.

• Infection : Les infections post-opératoires sont rares mais possibles avec toutes formes d’interventions chirurgicales.

Il faut souligner qu’il existe une possibilité que la hernie puisse réapparaître après l’intervention. Dans ce cas, une reprise chirurgicale peut être nécessaire.

Il est primordial de discuter des avantages et des risques avec votre médecin pour déterminer si la chirurgie endoscopique d’une hernie discale est appropriée pour vous.

Les alternatives à la chirurgie endoscopique d’une hernie discale : kinésithérapie, acupuncture, etc

La chirurgie endoscopique est une option à envisager lorsque les autres traitements ont échoué. Il existe plusieurs alternatives non chirurgicales que votre médecin peut vous recommander.

Kinésithérapie : La kinésithérapie peut aider à soulager la douleur et l’inflammation tout en renforçant les muscles autour de la colonne vertébrale pour prévenir d’autres problèmes. Les exercices sont conçus pour améliorer la flexibilité et augmenter la force musculaire.

Acupuncture : L’acupuncture est une thérapie alternative couramment utilisée pour traiter les symptômes de hernies discales. Des aiguilles fines sont insérées dans des points spécifiques du corps pour stimuler le flux d’énergie et soulager la douleur.

Chiropractie : Cette technique implique des ajustements manuels de la colonne vertébrale pour réduire l’inflammation, améliorer l’amplitude de mouvement et soulager les douleurs associées aux hernies discales.

Médicaments anti-inflammatoires : Les médicaments anti-inflammatoires peuvent être prescrits par un professionnel de santé pour réduire l’enflure qui comprime le nerf touché par une hernie discale. Ils peuvent aussi aider à atténuer certains symptômes tels que des sensations brûlantes dans les jambes ou encore des engourdissements.

Il faut cependant noter qu’il n’y a pas toujours de solution miracle unique adaptée à chaque individu atteint d’une hernie discale. Il faut discuter des options disponibles avec votre médecin pour trouver le traitement qui convient le mieux à vos besoins.

Il n’y a pas de solution unique pour traiter les hernies discales et chaque cas doit être évalué individuellement en fonction des symptômes et de la situation globale du patient. La chirurgie endoscopique peut être recommandée si les autres traitements ont échoué ou si l’état clinique exige cette intervention. Il faut faire un choix final sur la meilleure manière de traiter cette affection souvent très handicapante, parfois attribuée au stress ou encore à une mauvaise posture prolongée chez certaines personnes travaillant en bureaux, par exemple.

Catégories de l'article :
Bien-être
Make Up Me !