background img

Qu’est-ce qui adopte l’eau florale dans mon type de peau ?

Accessibilité — Augmenter la police

  • 90% 100% 110% 120%

Partager cette histoire

ShareTweet Imprimer cette histoire

Fournir des repas cuisinés à la maison, promener le chien, faire des courses, faire des courses, faire des courses, faire des câlins virtuels et prêter une oreille à l’écoute.

Ce ne sont là que quelques exemples des actes de gentillesse modestes mais puissants de milliers d’Australiens de tous les jours à travers le pays pour soutenir les travailleurs de santé de première ligne pendant la pandémie du coronavirus par le biais du groupe Facebook réconfortant, « Adoptez un travailleur de la santé ».

Chris Nicholas, résident de Perth, a créé le mois dernier le groupe « Adopter a Healthcare Worker’ en Australie-Occidentale afin que les gens puissent entrer en contact avec des travailleurs de la santé ayant besoin d’aide dans le cadre du COVID-19.

A lire également : Comment retirer le maquillage d'Halloween ?

Il a déclenché des groupes Facebook dans la plupart des états et territoires et un mouvement national qui compte maintenant plus de 140 000 membres. Les groupes invitent les membres de la communauté à envisager d’ « adopter » des travailleurs de la santé tels que les infirmières et les médecins qui travaillent en première ligne pendant le COVID-19 et à s’engager à les soutenir.

« Découvrez ce qui les aidera à fonctionner. Est-ce qu’ils ont besoin de vous pour préparer des repas qu’ils peuvent congeler ? Est-ce qu’ils ont besoin de vous pour prendre soin de leurs enfants ? Même si c’est le jour où ils descendent, pour qu’ils puissent rattraper un peu de sommeil ! Ils ont besoin d’une épaule pour pleurer ? Quelqu’un pour frotter leur douche parce que ça n’a pas été fait depuis un mois ? » le contour des pages.

A lire en complément : Le traitement UV pour lutter contre la Covid-19 peut être efficace

Infirmière/sage-femme agréée Arlene Campbell, l’une des administrateurs du groupe victorien, qui compte 22 000 membres, s’est jointe à la campagne de solidarité avec les travailleurs de la santé de première ligne.

Elle a dit à l’ANMJ que le concept vise à faciliter la vie des travailleurs de la santé qui pourraient se demander où leur repas vient de ou comment ils vont promener leur chien.

« Il s’agit de fournir un soutien pratique à tous les travailleurs de la santé qui sont en première ligne pour leur permettre d’y rester », explique Mme Campbell.

« Les choses qui touchent en fait une infirmière, un médecin, d’autres travailleurs de la santé, toute personne qui travaille en première ligne en ce moment et qui a un stress faible pour certaines personnes, mais énorme pour un travailleur de la santé qui n’est pas en mesure de les faire.

Mme Campbell décrit la gentillesse des Australiens comme édifiante et dit que le soutien continu l’a souvent amenée à pleurer.

« Les adoptions qui se sont produites ont si bien fonctionné. Par exemple, les travailleurs de la santé rentrent du travail et trouvent un paquet de soins à leur porte. Ils sont rentrés chez eux et ils ont trouvé des fleurs, le petit déjeuner et leurs repas pour la journée assis là.

« C’est vraiment réconfortant de pouvoir voir le moral des travailleurs de la santé être stimulé en sachant que la communauté est là pour eux. »

Un autre exemple de soutien était celui d’un médecin incapable de trouver le médicament qu’elle utilise pour traiter sa dermatite cutanée, le faisant livrer à sa porte par un membre de la communauté en moins d’une heure, a-t-elle ajouté.

« Dans des circonstances normales, ce n’est pas une chose énorme, mais ce genre de chose est tellement réconfortante, une chose pour le travailleur de la santé d’obtenir cette très petite chose qui facilite sa vie, et pour le membre de la communauté qui l’a fait de pouvoir canaliser son énergie dans quelque chose qui va avoir un résultat positif. »

À Victoria, Mme Campell a également contribué à la création d’un groupe Facebook dissident pour ceux qui cherchent à soutenir les travailleurs de la santé qui ont besoin d’un autre logement parce qu’ils ont des personnes vulnérables à la maison, comme des enfants ou des personnes âgées, et qui veulent les protéger contre une infection potentielle.

Alors que la pandémie COVID-19 s’intensifie en Australie, Mme Campbell, , affirme qu’une grande partie de sa contribution a été axée sur le soutien de collègues qui manquent de travail et qui luttent pour joindre les deux bouts.

« Les infirmières doivent faire un compte rendu et les travailleurs occasionnels n’ont plus ce débouché parce qu’ils ne sont pas au travail pour débriquer avec leurs collègues. »

Mme Campbell, qui a pris un quart de travail très nécessaire à l’hôpital Werribee Mercy il y a une semaine en tant que sage-femme, affirme que travailler face au COVID-19 a été difficile.

« Nous avons très peur », a-t-elle admis.

« La plupart d’entre nous, nous sommes en bonne santé, nous n’avons pas beaucoup d’autres comorbidités. Mais nous vivons avec des gens qui le font.

« J’ai mis ma mère en isolement. Je l’ai mise dans une unité de location que j’ai et c’est là qu’elle est. Aucun de nous ne l’a vue. Les infirmières ont été isolées de leurs parents, dans certains cas de leurs enfants. Je parlais à une infirmière hier, elle avait un cri virtuel sur mon épaule car elle n’avait pas vu ses enfants depuis trois semaines parce qu’ils vivent tous avec elle des parents âgés parce qu’elle a déménagé. »

Mme Campbell mentionne le manque d’équipement de protection individuelle (EPI) et de désinfectant comme problèmes permanents.

« Je pense que nous acceptons qu’il y ait une pénurie. Cela nous met très en colère, mais nous sommes là pour faire un travail et nous le ferons autour de tout ce qui est nécessaire, mais nous espérons que les approvisionnements augmenteront avant le pic réel.

« Le manque de désinfectant pour les mains est un problème majeur. Nous nous promenons avec une petite bouteille sur notre ceinture que nous donnons à la prochaine infirmière parce qu’il n’y en a pas. L’hygiène des mains est une chose importante. »

Donnant un aperçu de la réduction du risque d’infection et des nouveaux protocoles qu’elle suit, Mme Campbell dit qu’elle pratique l’hygiène des mains lorsqu’elle se rentre dans un hôpital pour s’assurer que tout ce qu’elle a touché de l’extérieur est enlevé.

« Avant de quitter l’hôpital, je trouve maintenant une douche si je peux, me doucher et me changer de vêtements de rue. Quand je rentre à la maison, toutes mes soins infirmiers, n’importe quoi à voir avec tout ce que j’ai eu. à l’hôpital va dans une boîte et si je n’ai pas pris de douche à l’hôpital, je me doucherai.

« Les gommages sont lavés quotidiennement à l’eau chaude. Tout, jusqu’à ma carte d’identité et à mon cordon, est nettoyé. C’est d’être vraiment concentré sur les plus petites choses. Par exemple, je vais avoir mon stylo dans mes cheveux habituellement, je dois donc se rappeler que le stylo doit être essuyé. »

Le message de Mme Campbell à la communauté australienne des travailleurs de santé de première ligne est simple : « Veuillez rester à la maison ».

Selon elle, les groupes « Adopter un travailleur de la santé » continueront de renforcer le soutien aux travailleurs de la santé pendant le COVID-19 en les associant aux membres de la communauté locale.

« Les travailleurs de la santé sont impressionnés par le soutien de la communauté. Nous avons toujours eu le soutien de la communauté, mais savoir qu’il y a des gens là-bas pour faire de telles petites choses comme marcher notre chien est tout simplement incroyable et les entreprises se présentent aussi et font beaucoup de choses gratuites pour nous comme Eh bien. Le soutien lorsque nous sommes à l’extérieur a été écrasant. »

Si vous souhaitez adopter un travailleur de la santé, veuillez visiter Facebook et taper Adopter un travailleur de la santé dans la barre de recherche pour trouver votre état ou votre groupe de territoire concerné.

Chargement

Catégories de l'article :
Actu
Make Up Me !