background img

Reconversion professionnelle : pourquoi devenir prothésiste ongulaire ?

Si la peur de l’inconnu vous pétrifie, sachez que c’est tout à fait normal. Mais si vous savez où vous allez mettre le pied pour votre reconversion professionnelle, votre blocage s’effondrera. Il suffit de choisir le bon domaine de reconversion et la prothésie ongulaire en est un.

Reconversion professionnelle : un changement de cap à négocier avec sûreté

A lire également : Tendances coiffures : les 5 coupes que l’on verra partout cet automne 2022

Quelle qu’en soit la raison, la reconversion professionnelle doit être appréhendée de la façon la plus sûre. Avant de quitter votre poste actuel ou pour sortir d’une situation précaire, il faut savoir où vous allez atterrir. Pour cette fois, assurez-vous de mettre toutes les chances de votre côté.

Le premier pilier de la réussite d’une reconversion professionnelle est la pertinence de votre choix par rapport à vos potentiels et vos aspirations. Un bilan des compétences couchera sur papier tout ce qui vous manque dans le domaine qui vous intéresse. Si vous devez partir de zéro, ce n’est pas un problème si le domaine cible fait partie de votre passion.

Lire également : Comment couper les cheveux pendant l'isolement ?

Le troisième pilier de sûreté qui fera que votre reconversion professionnelle réussira est l’état du marché. Si le domaine qui vous inspire est porteur, comme l’est la prothésie ongulaire actuellement, vous avez de grandes chances de réussir.

Prothésie ongulaire : un domaine prometteur

Un ou une prothésiste ongulaire de formation peut facilement trouver un poste au sein des instituts de beauté, les spas, les salons de coiffure, les agences de mannequinat… tous les établissements ayant un lien avec la beauté et le stylisme. En somme, pour ce qui est des débouchés, vous n’avez rien à craindre.

Cependant, il est utile de remarquer que la prothésie ongulaire nécessite une vraie expertise. Parmi ses qualités, un ou une prothésiste ongulaire doit avoir des inspirations artistiques en plus d’une maîtrise parfaite des différentes techniques en onglerie. Se reconvertir grâce à une formation de prothésiste ongulaire s’avère être la voie la plus sûre pour de nombreuses raisons.

Autodidaxie versus formation qualifiante

Nul ne peut nier le fait qu’avec tous les contenus auxquels on a accès sur internet actuellement, on est tenté de croire que suivre une formation serait superflu. Les tutoriels et le partage d’expérience sur les réseaux sociaux sont des bagages en plus pour vous. Cependant, il faut les voir comme des compléments uniquement si vous voulez construire une vraie carrière de prothésiste ongulaire, et ce, dans la rapidité.

Pour se démarquer des autres prothésistes

Obtenir un certificat ou un diplôme de prothésiste ongulaire assure plus de poids dans votre CV et vis-à-vis de vos concurrents. Il ne faut pas oublier que même si le domaine de la prothésie ongulaire est un domaine qui recrute, ils et elles sont également nombreux à emprunter la même voie que vous.

Une formation facile d’accès

Une formation de prothésiste ongulaire peut se faire intégralement depuis chez vous et à votre rythme. C’est une formation que vous pouvez financer totalement avec votre compte personnel de formation ou CPF. Le cursus ne prendra pas 5 années sur les bancs de l’université. Y aurait-il une raison de ne pas suivre la formation si le domaine vous intéresse réellement ?

Les compétences requises pour devenir prothésiste ongulaire

Devenir prothésiste ongulaire ne se limite pas uniquement à poser du vernis et des faux-ongles. C’est une discipline qui nécessite un ensemble de compétences pour obtenir le résultat parfait.

La première chose que vous devez avoir en tant que prothésiste ongulaire est la patience. Vous devrez traiter avec différents types de clients, parfois difficiles, et dans tous les cas il sera nécessaire d’être patient(e).

Vous devrez aussi disposer d’un sens aigu de l’esthétique, car la prothèse doit être non seulement précise mais aussi belle. Les couleurs doivent s’accorder avec les teints tout en répondant aux exigences du client.

Un bon discernement entre les formules chimiques est aussi requis. Effectivement, chaque type d’ongle a besoin d’une méthode différente selon ses caractéristiques propres. Par conséquent, vous aurez besoin de connaissances solides sur les produits utilisés ainsi que leur compatibilité avec l’ongle naturel.

Vous devrez savoir comment utiliser correctement toutes sortes d’outils : fraises électriques ou manuelles, pinces spéciales pour le modelage des ongles artificiels… L’utilisation indiscriminée peut endommager considérablement l’ongle naturel et causer des dommages permanents au client.

Comme pour toute profession liée au service à la personne, la capacité à communiquer est essentielle. Vous aurez affaire à des personnes qui ont différentes attentes concernant leurs ongles ; vous devrez donc être capable de comprendre leurs demandes, leur proposer des options et être apte à leur donner des conseils adaptés.

Pour devenir une prothésiste ongulaire professionnelle, il faut un mélange parfait de patience, d’esthétique, de connaissances techniques et chimiques ainsi que la capacité à communiquer adéquatement avec vos clients. Avec ces compétences combinées, vous serez sûr(e) de réussir dans cette belle carrière qu’est la prothèse ongulaire.

Les avantages et inconvénients de ce métier en tant que travailleur indépendant

Travailler en tant que prothésiste ongulaire peut se faire en entreprise ou comme travailleur indépendant. Les avantages de travailler à son compte sont nombreux, bien qu’il existe aussi des inconvénients.

L’un des principaux avantages est la liberté. En tant qu’indépendant(e), vous êtes libre d’avoir un horaire flexible qui convient à vos besoins personnels et professionnels. Vous pouvez aussi choisir les clients avec lesquels vous souhaitez travailler, ce qui peut être particulièrement satisfaisant si vous avez une clientèle fidèle.

La rémunération est aussi souvent plus intéressante pour les travailleurs indépendants car ils peuvent fixer leurs propres tarifs plutôt que de dépendre du salaire proposé par leur employeur.

Malgré cela, il y a toutefois quelques inconvénients importants à prendre en compte lorsqu’on choisit cette option. Le risque financier : lorsque l’on décide de se mettre à son compte, on n’a pas toujours la garantie d’avoir suffisamment de clients réguliers pour assurer un revenu stable mensuel.

Il faut considérer le temps et l’investissement nécessaire pour développer sa propre entreprise : trouver un local adapté aux normes sanitaires strictes imposées dans la pratique de cette profession nécessite souvent un coût important ; il faudra aussi investir dans le matériel (lampadaire UV/LED pour catalyser le vernis semi-permanent…).

En outre, on ne doit pas oublier toutes les tâches administratives liées au travail indépendant : la comptabilité et les déclarations fiscales, le marketing pour trouver de nouveaux clients, la gestion des rendez-vous… Tout cela peut vite prendre du temps et demander une grande organisation.

Malgré ces inconvénients potentiels, beaucoup de prothésistes ongulaires choisissent toutefois d’exercer leur profession en tant que travailleur indépendant. Cela permet une plus grande liberté personnelle et professionnelle ainsi qu’une plus grande rémunération. La décision finale appartient à chacun(e) selon sa situation financière et ses objectifs professionnels.

Catégories de l'article :
Actu
Make Up Me !